10 jours à Bali

Il y a quelques semaines j’ai eu une occasion unique d’aller à Bali (petite île en Indonésie) pendant une dizaine de jours. Comment ça se fait ? Et bien tout d’abord pour le prix .. mais aussi pour deux autres raisons ! La première étant que j’ai observé les offres de dernières minutes : lorsqu’on souhaite voyager vers un pays lointain et sans destination précise au départ, la technique des réductions spontanées par les agences de voyages est une solution fantastique pour les étudiants ! (Personnellement c’était le site voyageprivé.com, je suis pas payé pour dire ça, mais je tiens comme ça à les remercier.) La seconde raison étant que ce n’était pas la pleine saison, mais au contraire la saison des pluies. Est-ce que ça m’as gêné ? Non, même pas du tout ! La pluie a beau être forte, elle est chaude, elle ne dure pas très longtemps et sèche très vite, puisque la température là-bas reste toute l’année entre 25 et 30 degrés! Et puis Bali quoi…

« L’île des dieux »

J’ai déjà eu l’occasion d’aller plusieurs fois en Asie du Sud-Est (Thaïlande et Sri Lanka), et personnellement je les considère comme mes voyages préférés au vu de la culture et des habitants, mais Bali reste une destination encore plus étonnante. Cette île, bien qu’elle soit considérée comme l’une des plus visitée par les touristes en Indonésie, ne perd en rien de sa splendeur et de son authenticité. La faune et la flore y est énorme, que ça soit en quantité ou en taille, elle demeure impressionnante et préservée. Tous les matins vous vous réveillez pour le petit-déjeuner avec des produits locaux (parce que tout pousse là-bas: café, thé, vanille, cacao, ect) et vous vous retrouvez à déguster la mangoustan, un fruit exotique tout droit sortit d’un film fantastique qui se trouve être le meilleur aliment au monde!

Une sérénité totale

Un autre point très important, la culture balinaise et les habitants. Comme je l’ai dis précédemment, ce sont deux points importants qui rendent uniques à mon humble avis les pays de l’Asie du Sud-Est; et pour cause, ils s’opposent totalement à notre société occidentale. Je vous assure qu’un choc se fera pendant les premiers jours quand vous verrez dans les rues des personnes qui vous sourient de manière franche et naturelle. Le caractère pacifique et paisible des balinais se trouve être difficile à concevoir dans notre société, et pourtant là-bas, il est bien réel. La religion hindouiste balinaise (qui se trouve être unique au monde puisqu’elle est issue d’un mélange avec une religion indigène de Bali) y est majoritairement présente : elle représente 85 % de la population balinaise et régis la majeure partie de la vie des habitants. Grâce à une religion animiste et dont la sagesse est méticuleusement enseignée, l’ensemble de l’île se retrouve empreint à une relation particulière avec la nature, et à une sérénité totale…

Petits conseils…

Si vous appartenez aux touristes qui préfèrent rester la totalité du séjour sur les plages, c’est clairement un gâchis. En sortant des complexes hôteliers vous découvrirez toute la richesse que peut contenir cette petite île… Que ça soit les temples, les palais, la forêt des singes ou de bambou, le parc de protection des éléphants, les panoramas des rizières en terrasse, les volcans et les montagnes dans la jungle, les spectacles de danse traditionnelle, la nourriture locale délicieuse (pour un prix dérisoire) et l’artisanat, qui se trouve être l’un des plus beau au monde.

Le dieu Indra, dieu de la guerre.

Je ne peux que vous conseiller Ubud, capitale artistique de Bali, qui regorge d’activités et de petits commerces artisanaux, mais aussi d’une ambiance tropicale le soir dans les bars !

Bien évidement, tout n’est pas parfait : que ce soit les moustiques, les coups de soleil, les singes qui volent vos bananes dans les sacs, ou encore les durées du voyage pour arriver à Bali, qui dure plus de 24h… Mais au final quand on y est, ils deviennent que des petits détails insignifiants, voir même des sources de blagues avec le temps… Donc je ne peux que conseillez aux plus aventuriers d’entre vous d’y aller et de ne pas hésiter ! Essayer même d’y aller plus de 10 jours pour bien tout observer…

Katia Stolarczuk

Laisser un commentaire